Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Romantisme Vers l'index des titres Vers la page Chronologie du Romantisme Vers la page suivante

Sommaire du site

L'ENGAGEMENT POLITIQUE

La Liberté guidant le peuple par Eugène Delacroix

Longtemps, les romantiques français ont peu parlé de politique dans leurs œuvres, tout à fait comme si le sujet n'était pas digne de leur art. Il est vrai que la chute de Napoléon, le conservatisme propre à la Restauration, puis la révolution ratée de 1830 avaient accentué le désenchantement de la jeunesse de l'époque; c'est donc dire que le contexte historique avait eu un effet important sur le mouvement romantique, mais cela ne se traduisait qu'assez peu par des prises de position explicites. De fait, si le romantisme fut, en Pologne, en Allemagne, en Hongrie, en Italie, directement associé à des questions politiques, c'est que, là, des luttes nationales devaient être menées. En France, il n'y avait pas d'indépendance à gagner. Par ailleurs, les artistes, souvent issus de classes sociales aisées, ne s'intéressaient que de loin aux luttes ouvrières.

Toutefois, si la plupart des romantiques français sont restés indifférents aux débats politiques, les cas de Hugo et de Lamartine doivent être exclus de ce portrait d'ensemble. Hugo s'est en effet préoccupé du sort de la Grèce et de celui de la Pologne, alors que, pour la France, ses sympathies ont longtemps été, et cela malgré sa nostalgie pour Napoléon, du côté de la monarchie régnante. Lamartine, lui, est devenu maire de Mâcon dès 1812, et son engagement social a été de plus en plus vif à partir de 1837. En 1848, pendant une période particulièrement mouvementée de l'histoire française, Lamartine a même été ministre des affaires étrangères, avant d'être battu par le futur Napoléon III aux élections de décembre.

De 1848 jusqu'à sa mort en 1869, Lamartine s'est tenu loin des affaires publiques; les politiques du nouvel empereur ne pouvaient pas lui plaire mais, ruiné, le poète n'avait plus les moyens de faire entendre ses convictions. Hugo, tout au contraire, allait faire valoir, du fond de son exil à Jersey, la profondeur de son mépris pour Napoléon III.

Ce n'est donc qu'après 1848, alors que le mouvement a depuis longtemps donné ce qu'il avait de meilleur, que l'engagement politique est devenu un thème majeur du romantisme, et encore est-ce surtout chez Hugo que les préoccupations sociales se sont exprimées avec vigueur. Mais des poèmes comme Souvenir de la nuit du quatre et des recueils comme Les châtiments ou L'année terrible comptent parmi les œuvres les plus puissantes et les plus dignes de toute la poésie française, ce qui rachète amplement l'intérêt tardif que les romantiques français, longtemps pris par leurs rêveries, ont eu pour les affaires de ce monde.

L'engagement politique


Vers la page précédente Vers la page d'accueil du site poetes.com Vers la page d'accueil du site Romantisme Vers l'index du site Lamartine Vers la chronologie du Romantisme Vers la page suivante
  Romantisme  ©Jacques Lemaire, 1999-2001